vignette made in france
271 Visiteurs connectés

CV de Doctor / Enseignant, cherche un emploi de linguiste / traducteurs.enligne-fr.com

traducteurs.enligne-fr.com : cv

Emploi de linguiste, enseignante, traductrice, correctrice/français et/ou anglais/Belgique, France Allemagne ou Pays-Bas

Code CV : 54354a1508ddd136
Date de dernière connexion : 2017-10-08

Mademoiselle Na... D...
....
1640 Rhode-saint-Genèse
Belgique




Situation actuelle:
Secteur d'activité actuel : Linguistique française
Taille de l'entreprise : + de 1000 salariés
Fonction actuelle : Doctor
Nombre d'années à ce poste : 3 à 5 ans
Nombre de personnes sous mes ordres : 6 à 10 personnes
Salaire annuel : 50000.00 EUR
Expérience Totale : 6 à 10 ans
Disponibilité : Préavis 3 mois

Poste recherché:
Fonctions: enseignant, correcteur, traducteur
Secteur d'activité: linguistique, enseignement, traduction

Type de contrat souhaité: CDI, CDD, CDD Intermittent, Interim, Agent
Temps de travail souhaité: Temps plein, Temps partiel, En alternance, Journalier, Saisonnier, Travail le WE
Salaire Annuel Minimum / Souhaité: 450000.00 / 0.00 EUR

Etudes :
Dernier niveau d'etudes validé avec diplome : Bac+11
Dernier diplome : doctorat en linguistique française
Niveau d'études actuel : Bac+11
Autres Formations :


Mobilité :
Pays : France, French Guiana, French Polynesia

Outils / Logiciels / Méthodes maitrisés
Office 2013/ praat (textgrid, easy align, prosogram), anvil, Clan, uAM Corpus tool, lexico 3, Simple Concordance Prosogram/Analyse quantitative et qualitative de données linguistiques, traduction anglais-français, analyse du discours et de la conversation, analyse multimodale (gestes et discours), sociolinguistique des genres, interaction, pragmatique, sémantique/enseignement du français langue première et seconde

Permis VL, PL, véhicules spéciaux


Langues
Français : Langue maternelle
Anglais : Langue de travail
Espagnol : Avancé
Néerlandais : Intermédiaire


CV :

Mademoiselle Na... D
1640 Rhode-saint-Genèse
Belgique


PERSONAL DETAILS


DATE AND
PLACE OF BIRTH:
29th November 1984, Uccle, Belgium

NATIONALITY:
Belgian

SEXE:
Female

MARITAL STATUS: Single





Young PhD
student, with experience in teaching at university level, interested in a position
in French or English linguistics.





EDUCATION


2010-2014: PhD
fellowship in French linguistics (IPrA Research Centre), Antwerp University
(UA), Belgium.

2009-2010: PhD
fellowship in French linguistics, Exeter University, United Kingdom.

2007-2009: Master
Degree in French languages and literatures, option in linguistics, Université
catholique de Louvain-la-Neuve (UCL), Belgium (distinction: pass 80% upwards).

2004-2007: Bachelor
Degree in French languages and literatures, option in philosophy, Université
catholique de Louvain-la-Neuve (UCL), Belgium.

2003-2004: Academic
year in translation and interpretation, option in English and Spanish, Université de Mons
(EII), Belgium.

1997-2003: High
School, option in languages (English, Dutch, Spanish), Athénée Royal
de Gembloux, Belgium.



*Master courses in
Linguistics (UCL)


-Phonology
and prosody (MA21, 16/20)

-Corpus methodology
of analysis (MA21, 15/20)

-Semantics
(MA21, 19/20)

-Writing
scientific papers I (MA21, 16/20)

-Internship
in a research centre (VALIBEL) (MA21, 16/20)

-Syntax and
Discourse (MA21, 13/20)

-Lexicology
(MA21, 14/20)

-Sociolinguistics
(MA22, 17/20)

-Writing
scientific papers II (MA22, 15/20)

-Research
seminar: linguistics (MA22, 16/20)

-Geo-linguistics:
varieties of French in the world (MA22, 14/20)

-Languages
and literatures in Wallonia (MA22, 14/20)

-Spanish
linguistics: diachronic approaches (MA22, 14,5/20)

-participation
in a conference (Ci-Dit, Nice, France) (MA22, 18/20)



*Doctoral
courses, at Exeter


-Efficient
Reading in Research (Effective Researcher Development Program)

-Better than
Google: Getting the most from Arts, Humanities and Social Sciences Resources
online (Effective Researcher Development Program)

-Tackling a
PhD Literature Review: The Purpose, Process and Product (Effective Researcher
Development Program)

-Learning and
Teaching in Higher Education



*Doctoral
courses, at Antwerp


-Writing
Research Paper in English, Linguapolis (18h)



DISSERTATION AND THESIS


-Dissertation: « La citation directe à l’oral
spontané. Une
étude des marques conventionnelles et des indices de contextualisation
soulignant le passage entre les sources énonciatives ». (Direct
speech in spoken contexts. A study of formal and contextual clues underlying
change of enunciators), supervised by Anne-Catherine Simon, UCL, Belgium
(17/20)

-Thesis : « les marqueurs discursifs tu vois et hein
dans le langage des hommes et des femmes. Analyse discursive et prosodique. »
(Discursive features tu vois
and hein in men and women languages. A discursive and a
prosodic analysis) , supervised by Zoë Boughton and Aidan Coveney, Exeter
University, United Kingdom.

* First Graduate Progress Committee (February
2010): passed (no marks)

* Second
Graduate Progress Committee (June 2010): passed (no marks)

-Thesis : « les transformations de sens dans les
médias : quelles fonctions ? Une étude de la représentation du
discours autre dans la presse écrite congolaise, française et belge »
(Transformations of meaning in the medias : which
functions ? A study of represented speech in Congolese compared to
French and Belgian written newspapers), supervised by Patrick Dendale and Jef
Verschueren, Antwerp University, Belgium.

*Progress Report, May 2011: passed (no
marks)

*Progress Report, May 2012: passed (no
marks)

*Progress
Report, May 2013: passed (no marks)

*
Progress Report, May 2014: passed (no marks)



CONFERENCES, SEMINARS


-9th
September 2013: 13th International Pragmatics Conference (New Delhi, 8-13th
September 2013): « Representation of enunciators and discourses in
Congolese compared to French and Belgian newspapers ».

-24th March 2013, Antwerp University:
« L’intertextualité et les transformations de la représentation du
discours autre dans les médias. Méthodes, analyses, rédaction ». (Intertextuality
and transformations of meaning in the Medias: methods,
analyses, writings).

-28th
September 2012, Antwerp University: « L’intertextualité. Questions
méthodologiques » (Intertextuality. Methodological concerns).

-17th August
2012, Antwerp University : « la subjectivité dans les théories de
Foucault » (Subjectivity in Foucault’s theories).

-21st
February 2012, Université catholique de Louvain-la-Neuve:
« Phénomènes dialogiques et transformations de sens dans la presse
congolaise, française et belge. Aspects méthodologiques et premiers résultats »
(Dialogical mechanisms and transformations of meaning in Congolese, French and
Belgian newspapers: methodological concerns and first results).

-28th
October 2011, Antwerp University: «Discours représenté et transformations de sens » (Represented
speech and transformations of meaning).

-24th
October 2011, Antwerp University: “La représentation du discours autre dans les médias
congolais, français et belge” (Representation of discourses in Congolese, French and
Belgian newspapers).

-2011: 12th
International Pragmatics Conference (Manchester, 3-8th July 2011): organisation.

-17th March
2010, Exeter, Postgraduate Research Seminar: « The linguistic behaviour of
men in contact with women »



LINUISTIC NETWORKS


-2011: Cercle belge de Linguistique (CBL)

-2010: Réseau français de sociolinguistique (RFS)

-2010:
International Pragmatics Association (IPrA)



WORK EXPERIENCE


-2009-2010: Teaching
French as a second language (spoken/written) at Exeter University to graduate
students, United Kingdom (9h/week, students of 1st, 2nd, 4th
years).

-2008: Internship
at VALIBEL, a research center in linguistics: development of a syllabus on
phonology, Université catholique de Louvain-la-Neuve, Belgium.

-2008-2009: Teaching
private classes, with Educadomo (French, Methodology, languages)



VARIA

French : native

Spanish: working knowledge

English: working knowledge

Dutch: moderate

Computational skills in linguistics: Praat
(Textgrid, Easyalign, Prosogram), Anvil, Clan, UAM Corpus Tool, Lexico 3,
Simple Concordance Program.


Lettre de candidature

Mademoiselle Na... D
1640 Rhode-saint-Genèse
Belgique

Emploi de linguiste, enseignante, traductrice, correctrice/français et/ou anglais/Belgique, France Allemagne ou Pays-Bas


Dear Madam, Dear Sir,
As a PhD student in French linguistics, currently completing my PhD at Antwerp University in Belgium, I think that my profile would be of interest to you.
Firstly, my Master in UCL (Louvain-la-Neuve, Belgium) was oriented in French and romance linguistics and literature. During this Master, I explored many subfields in linguistics: semantics, syntax, phonology, sociolinguistics, lexicology, corpus analysis, etc. You will find in my Curriculum Vitae the details of my diplomas. Those courses in linguistics were really helpful to understand and describe how people in general express themselves, but also why they make mistakes when they learn another language. Actually, the comparison of several languages (English, Spanish, French) and the knowledge of old French languages could be an asset in explaining to people the reason of their mistakes or the differences of linguistics features used in French compared to other languages.
During this Master, I made an internship in a research centre, VALIBEL. This internship consisted in elaborating a syllabus to explain phonetic and phonological specificities of French language.
Moreover, after my Master, I spent one year in Exeter (Exeter University, UK) to begin a PhD and to teach French as a second language. My students were those of first, second and fourth years who had taken the French and romance option. I used to teach nine hours a week oral and written courses. During the oral classes, the structure was to ask each student to be updated with subjects from the news and to debate about one of the subject they had selected : each student had to give his/her proper opinion and debate during the class. It is also part of those classes that two exposés were required a year. In addition, I carried out regular vocabulary tests to evaluate if the students integrated correctly what was said in class. During written classes, students were asked to understand and describe literary texts (for instance, texts from Montesquieu, Voltaire, Rousseau, etc.), but also texts about polemic questions (for instance, questions about cloning, etc.). It is also during those written classes that students were asked to write essays, giving arguments about the reason why the agreed or disagreed with various statements. It is also important to mention here that I followed the Learning and Teaching in Higher Education course. You will find the certificate in attachment.
Finally, during my PhD, that I am currently completing, I am often faced with the task of presenting my research during conferences and seminars: I am subsequently used to explain in detail certain aspects of linguistics or of French language. You will find the description of two of my research projects, following this letter.
First project (in French):A l’oral spontané, il n’est pas rare d’entendre des énonciateurs narrer ce qu’ils ont fait durant la journée ou réaliser toutes sortes de mini-narrations mettant en scène d’autres énonciateurs. Cette mise en scène passe par la représentation de discours : l’énonciateur qui s’exprime (l’énonciateur premier), intègre dans son énonciation le discours d’un énonciateur qui s’est exprimé à un autre moment que celui de la discussion en cours (le discours de l’énonciateur second ou représenté). Cette représentation du discours autre peut entre autres se faire au moyen du discours indirect (il a dit que…), du discours direct (il a dit : « … »), ou des modalisations du discours autre (selon X,…/comme dirait X,…). Lors de discussions familières (par ex., des repas de famille), on observe souvent l’utilisation du discours direct pour « pimenter », pour rendre réel, ce qui est raconté : l’énonciateur premier permet à ses interlocuteurs d’accéder directement à un événement de parole, en représentant textuellement le discours d’un autre énonciateur. Cette représentation textuelle, directe, est caractérisée par certaines marques conventionnelles comme la syntaxe (discours non régi, présence d’un verbe de parole, déictiques, structure syntaxique différente entre discours premier et second, etc.) ou le lexique (interjections, marqueurs de discours, nom propre, etc.). Ces marques permettent notamment à l’énonciateur premier de montrer à son interlocuteur que ce n’est plus lui qui a la parole, qu’il représente le discours d’un autre énonciateur, absent de la situation d’interaction en cours.Mais le lexique et la syntaxe ne sont pas les seuls moyens mis à disposition de l’énonciateur premier pour représenter directement un discours passé : les indices vocaux constituent en effet un moyen tout à fait adéquat pour atteindre ce même but. Les indices vocaux correspondent à l’ensemble des phénomènes prosodiques tels l’accentuation et le regroupement intonatif, le registre mélodique (Hz ou demi-tons), l’intensité (dB), le débit de parole, les pauses, etc. Ces indices vocaux permettent à l’énonciateur premier de marquer une rupture prosodique entre son discours et le discours qu’il représente. En examinant un large corpus d’interactions orales, nous avons constaté que c’était surtout le contraste établi entre le discours produit et le discours représenté, au moyen des divers indices vocaux, qui contribue à identifier le changement d’énonciateur: en accentuant et en marquant intonativement le début et la fin d’un discours représenté, en réalisant une pause au début d’un discours représenté, en modifiant le débit de parole ou le registre mélodique, l’énonciateur premier permet à son interlocuteur de percevoir une rupture prosodique entre ce qui émane de lui et ce qui provient d’un autre énonciateur Cependant, il est certain que la modification du registre mélodique constitue l’indice le plus proéminent donné à l’interlocuteur pour percevoir cette rupture.Les études qui ont été menées sur les modifications du registre mélodique lors du discours représenté tendent à corréler l’absence de marques syntaxiques et lexicales à la présence d’un registre mélodique modifié (Auchlin, 2006 ; Couper-Kulhen, 1996). Cependant, lorsqu’on examine ces marques conventionnelles (syntaxe, lexique), on constate qu’elles sont très souvent présentes, que le registre soit ou non modifié. Nous avons donc postulé, dans une étude antérieure, que la corrélation ne se trouvait pas entre les marques conventionnelles (syntaxe, lexique) et certains indices contextuels (registre mélodique), mais entre les indices contextuels seuls (indices vocaux et indices gestuels). Nous pensons en effet que les indices vocaux et gestuels fonctionnent conjointement pour permettre à un énonciateur de souligner le passage entre les sources énonciatives, mais également pour donner l’illusion aux interlocuteurs qu’ils ont directement accès à un échange passé.Pour vérifier cette première hypothèse, nous avons d’abord rassemblé des études réalisées sur les gestes. En nous basant entre autres sur les études menées par Kendon (2004) et MacNeil (1992), nous avons expliqué les diverses fonctions remplies par les gestes : d’un côté, l’on trouve les gestes discursifs avec les fonctions modale (degré de certitude), performative (acte interactionnel), d’analyse (agencement logique), et interactive (tours de parole). De l’autre, l’on trouve les gestes référentiels, avec les fonctions de pointage (indiquer), de modelage (reproduire), de mime (mimer), de description (créer). Ensuite, un corpus constitué par quatre enregistrements audio-visuels a été rassemblé. L’ensemble des enregistrements correspond à environ 120 minutes de parole spontanées (repas de famille) entre deux, trois ou quatre locuteurs. Seuls les segments en discours direct ont été analysés dans ce corpus. Toutes les marques conventionnelles, tous les indices vocaux et tous les indices gestuels ont été décrits pour faire émerger d’éventuelles corrélations. Nous avons donc répertorié les marques lexicales et syntaxiques pertinentes dans l’examen du changement de sources énonciatives. De même, à l’aide de Praat, un logiciel d’analyse vocale, les indices vocaux ont été examinés. Les indices gestuels quant à eux ont été extraits par des captures d’écrans. Les résultats obtenus indiquent que lors de situations spontanées, c’est majoritairement le discours direct qui permet aux énonciateurs de représenter un discours passé. Pour accomplir cette représentation, les énonciateurs utilisent plusieurs indices conventionnels, mais aussi contextuels, tels que les yeux, la tête, les mains, le registre mélodique, le débit, les pauses, etc. Pour comprendre les éventuelles corrélations entre ces indices, nous avons analysé les cas de discours directs lors desquels le registre mélodique était maintenu d’une part, et ceux lors desquels le registre mélodique était modifié d’autre part.Lorsque le registre mélodique est maintenu lors du discours direct, l’énonciateur ne recourt pas systématiquement à la syntaxe ou au lexique. Plus encore, dans la moitié des cas, ces marques lexicales et syntaxiques font défaut, comme d’autres indices (registre, débit, pause). Par contre, les indices gestuels sont, quant à eux, toujours présents. Mais ce ne sont pas tous les types de gestes qui apparaissent. L’un d’entre eux en particulier est plus proéminent : le détournement du regard. Le locuteur détourne son regard de son interlocuteur dès les premiers termes du discours direct et maintient cette position jusqu’à la complétion de ce dernier, pour ensuite se rediriger vers son interlocuteur. Ce qui signifie que le locuteur qui ne modifie pas ses indices prosodiques (voire les marques syntaxiques et lexicales) utilise un indice gestuel par le regard pour contextualiser le changement de source énonciative. Comme d’autres auteurs l’ont montré (de Fornel, 1995 ; Mondada, 2004), les gestes de pointage ou ceux réalisés par le regard, contribuent à marquer le statut de locuteur ou d’interlocuteur des interactants. Il s’agit de gestes ayant pour fonction la fonction interactive (geste discursifs à fonction interactive) : le locuteur montre, en détournant son regard de l’interlocuteur, que ce n’est plus lui qui a la parole, qu’un autre participant (absent de la situation d’interaction première), entre dans l’interaction et s’adresse à un interlocuteur second (lui aussi absent de l’interaction première).Lorsque le registre mélodique est modifié, les marques syntaxiques et lexicales sont présentes, mais les gestes réalisés sont, quant à eux, d’une autre nature. Ces gestes sont en effet soit des gestes représentationnels (fonction de mime) ou des gestes référentiels de pointage. Dans le premier cas, un geste, réalisé par les mains, les bras, voire le buste, permet à l’énonciateur premier de mimer l’attitude de l’énonciateur représenté. Ce faisant, l’énonciateur premier donne l’illusion à son interlocuteur qu’il a directement accès à un échange passé : la modification du registre mélodique semble alors devenir un indice suffisant pour marquer l’entrée interactionnelle d’un participant absent. Les gestes peuvent dès lors être utilisés à d’autres fins, comme la mise en scène. L’ensemble des indices contextuels fonctionne alors comme un tout pour donner l’illusion de réel. Dans le second cas en revanche, c’est un geste référentiel de pointage qui est observé. L’énonciateur premier ne détourne pas son regard de son interlocuteur, mais réalise un geste de pointage au moyen de sa tête dès les premiers termes du discours direct. La modification mélodique est également suffisante pour permettre aux gestes de remplir d’autres fonctions que la fonction interactive : le locuteur qui modifie son registre lors du discours direct n’a plus besoin de détourner son regard de son interlocuteur ; seul un pointage du discours second est suffisant pour comprendre qu’il y a un changement de source énonciative.Au vu de ces résultats, il nous semble que d’autres pistes pourraient être explorées. Nous pensons que la fonction remplie par la citation directe a un impact sur le type de gestes observés. Selon nous, lorsque l’énonciateur veut rendre vivant un échange passé, la fonction du discours représenté peut être de trois types. D’abord, elle peut être narrative : le discours représenté correspond alors à un enchaînement causal et temporel de plusieurs tours de parole, comme dans l’énoncé « Pierre a dit ‘je ne viendrai pas’, ce sur quoi Jeanne a répondu ‘allez, viens s’il te plaît !’ ». Ensuite, elle peut être de sup dans ce cas, le discours représenté sert à exemplifier un commentaire méta-discursif. Ainsi, dans « Pierre lui a chuchoté qu’il l’aimait : ‘(en chuchotant) je t’aime’ », le discours représenté « je t’aime » vient supporter l’énoncé précédent. Enfin, elle peut être appréciative. Il s’agit alors de montrer une émotion, un sentiment comme dans l’exemple qui suit : « Je me suis dit ‘c’est super !!!’ ». Lorsque le discours représenté remplit l’une de ces trois fonctions, nous postulons que le registre mélodique est souvent modifié et que les gestes utilisés sont représentationnels : ils servent à mimer une action, un objet dont on parle. Pour la fonction narrative cependant, nous pensons que les gestes peuvent être soit représentationnels, soit de pointage : le locuteur pointe, avec la tête, les yeux ou le doigt le discours ou l’énonciateur second. Dans le cas où le discours représenté remplit une autre fonction que celles évoquées ci-dessus, comme la fonction d’autorité - servant à s’appuyer sur le discours d’une personne compétente dans un domaine en vue d’argumenter- nous pensons que le registre mélodique n’est pas modifié et que les gestes accomplis lors de cette représentation sont uniquement des gestes de pointage.Par ailleurs, il nous semble également pertinent de prendre en compte d’autres types de discours représentés, comme les discours indirect (il a dit que), narrativisé (il a parlé de) ou les modalisations du discours second (selon lui, …/comme il dirait…). Nous pensons en effet que selon la fonction remplie par la représentation du discours, le type de discours représenté ne sera pas le même et les gestes réalisés ainsi que les modifications du registre mélodique y seront corrélés. En d’autres termes, nous avons l’impression que le discours direct remplit principalement la fonction narrative (même si d’autres fonctions peuvent lui être attribuées) ; le discours indirect servirait plus à la fonction d’autorité, comme certains types de modalisations du discours second. Le lien entre fonction remplie par la représentation du discours et type de discours représenté apparaîtrait plus souvent dans l’une ou l’autre situation d’interaction (par exemple, plus de discours direct avec fonction narrative dans des situations d’interactions spontanées ; plus de discours indirect avec fonction d’autorité dans des situations académiques). Pour vérifier ces diverses hypothèses, nous suivrons la méthodologie suivante : une première phase consistera à récolter les données manquantes. Nous souhaiterions réunir deux autres situations d’interactions que celle déjà récoltée (les repas de famille) : une situation d’interaction de cours universitaire et une situation d’interaction de type ‘parent/enfant’. Dans le premier cas, c’est la formalité de l’interaction qui nous permettra de vérifier s’il existe des différences avec les situations spontanées. Dans le second cas, c’est l’aspect ‘apprentissage/description’ qui nous intéressera en particulier. Ensuite, nous extrairons les quatre types de discours représentés qui nous intéressent, à savoir les discours direct, indirect et les deux types de modalisations du discours second. La différence dans les situations d’énonciation nous permettra donc de réaliser une étude comparative relative au genre de discours. Une fois ces données récoltées, elles seront retranscrites à l’aide du logiciel ANVIL, spécialisé dans l’analyse de la voix et des gestes. Cette transcription passera par la l’annotation des marques conventionnelles comme la syntaxe et le lexique, mais aussi par celle de la prosodie, des gestes et de la fonction remplie par les discours représentés. Les résultats finaux mettront dès lors en évidence les relations existantes entre les différents paramètres examinés.
Second project (in French)Il est aujourd’hui admis que les médias présentent une certaine image de la société, de la réalité et des événements relatés. Cette image est déterminée par une série facteurs culturels, comme les tendances politiques d’un pays, les institutions, les idéologies éditoriales, etc. Dans le contexte de la globalisation, l’événement qui est représenté peut l’être dans une presse dite locale ou bien une presse dite globale. Dans le premier cas, l’institution médiatique publie un contenu informationnel national dans un pays spécifique, in casu en République Démocratique du Congo. Dans le second, il s’agit des fournisseurs médiatiques occidentaux ayant le monopole de l’information et publiant un contenu informationnel international. Dans les deux types de presse, on observe des différences et des similarités dans la manière dont est utilisé le langage pour représenter les acteurs, les actions, les énonciateurs et les discours.Dans ce projet, nous explorons les transformations de sens relatives aux phénomènes de représentation du discours lorsqu’un contenu informationnel local, africain, est repris comme information internationale par les médias occidentaux. L’analyse de ces transformations est basée sur un corpus de 1532 textes publiés en français sur version papier et dont le contenu porte sur le conflit dans le Nord Kivu en République Démocratique du Congo (RDC) en 2008. Les textes sont publiés en France (Le Figaro, Le Monde, Libération), en Belgique (Le Soir, La Libre Belgique) et en RDC (Le Phare, Le Potentiel, L’Observateur). Les questions auxquelles nous répondons sont entre autres les suivantes : - Peut-on accepter l’idée selon laquelle un contenu informationnel est nécessairement représenté d’abord de manière nationale avant de l’être internationalement ? - Avec la circulation de l’information, observe-t-on des transformations ? Si oui, lesquelles ? - Ces transformations ont-elles toujours les mêmes fonctions ? De quels facteurs (sociaux, discursifs, etc.) dépendent-elles ?Pour répondre à ces questions, nous avons porté d’une part notre attention sur les liens intertextuels du corpus et suivi plusieurs méthodes pour les établir : d’abord, nous avons retrouvé toutes les citations dites explicites, c’est-à-dire les références, formulées, à un auteur ou à un journal dans un texte (ex. tiré du Potentiel : « Selon notre confrère estimé Le Soir, … »). Ensuite, à l’aide d’un logiciel de détection du plagiat, nous avons lié des paires de textes ayant un certain pourcentage d’identité lexicale. Sur la base de tous les liens établis, nous avons postulé que l’information ne circulait pas du Sud (RDC) vers le Nord (France et Belgique), comme attendu au début de nos recherches, mais dans le sens inverse. Nous expliquons ce fait par des facteurs sociaux (développement économique moins important de la RDC et de ses institutions journalistiques). D’autre part, les transformations des phénomènes énonciatifs ont été explorées. Nous avons examiné les transformations relatives à trois aspects de la représentation du discours :(1) Les énonciateurs cités, c’est-à-dire les locuteurs dont la parole est représentée, rapportée par les journalistes. Les questions auxquelles nous avons répondu ont été:- Comment les énonciateurs cités sont-ils désignés ? - Leur désignation dépend-elle de facteurs sociaux ? - Peut-on expliquer une désignation par certains marqueurs présents dans le discours produit ? - Y-a-t-il un point de vue véhiculé par les journalistes sur les énonciateurs qui sont représentés ? Si oui, lequel ?(2) Les actes de parole seconds, c’est-à-dire le fait d’accomplir une action par le langage (ex. informer, ordonner, etc.) avec des questions comme :- Quelle catégorisation subissent les verbes de parole ? - Quelles sont les fonctions relatives au changement de catégorie d’un texte à l’autre ?- Le journaliste peut-il prendre position par rapport au discours second en catégorisant l’acte de parole ?(3) Les formes de discours second, c’est-à-dire le discours direct (il a dit : « … »), le discours indirect (il a dit que…), le discours narrativisé (il a parlé de …), les modalisations du discours second (selon lui,…), avec les questions suivantes :- Pourquoi observe-t-on un changement de forme de discours second d’un texte à l’autre?- Y-a-t-il un lien entre formes utilisées et genres textuels, journal ou pays ? - La catégorisation des énonciateurs et des actes de parole peut-elle provenir des marqueurs dialogiques présents dans le discours produit ?Nos analyses ont fait émerger des tendances que nous avons classées en fonctions remplies par les transformations: la première fonction, celle que nous qualifions de positionnement, permet à l’énonciateur premier, le journaliste, de prendre position par rapport à celui qu’il représente. Par la caractérisation des énonciateurs cités (ex. Le rebelle/Le leader a dit que…), par celle des actes de parole (ex. : Il a avoué/il a confirmé), et par celle des formes de discours second (ex. La conférence était positive dans la tête de Kagame et ses alliés), le journaliste montre son accord ou son désaccord avec l’énonciateur dont il parle. Ensuite, la fonction appelée réceptive, consiste à transformer les trois phénomènes énonciatifs précités (énonciateurs, actes de parole, formes de discours) dans le but de créer un lien avec le lecteur. Ainsi, l’utilisation de métonymies (ex. Kinshasa a dit que pour Le président Kabila a dit que ) permet au lecteur l’identification d’un énonciateur cité vague. Cet énonciateur ne serait pas identifiable s’il était caractérisé de manière plus précise, car le lecteur est trop éloigné de l’événement et des énonciateurs évoqués pour comprendre de qui l’on parle exactement. Par ailleurs, la fonction de crédibilité, est remplie lorsque le journaliste transforme des éléments énonciatifs en vue de montrer qu’il doute ou croit en la vérité de l’information présentée. Ces transformations peuvent toucher par exemple les verbes de parole (ex. Il prétend que), les formes de discours comme les modalisations (A en croire le rebelle,…), etc. Ensuite, la fonction condensatrice est observée lorsque le journaliste ne reprend qu’une partie de l’information source, soit parce qu’il change le genre textuel dans lequel elle apparaît (l’article devient une brève ou une analyse), soit parce qu’il ne concentre son texte que sur un contenu en particulier, soit parce qu’il ne souhaite pas, pour des raisons de tendances politiques, rendre compte de plusieurs points de vue. Enfin, la dernière fonction est celle relative à l’ajout d’un point de vue (ou déformation du discours second). Dans ce dernier cas, le journaliste transforme l’objet du discours représenté en simulant qu’il a été tenu tel quel. Le plus souvent, cela lui permet d’intégrer son propre point de vue dans le discours d’un autre énonciateur.Ces diverses fonctions remplies par les transformations des phénomènes énonciatifs nous ont permis de comprendre l’impact de la circulation de l’information, mais aussi des facteurs culturels dans la représentation de la société. Ces transformations de sens ont en effet toute leur importance dans un monde qui se veut globalisé et plus que médiatisé. Croire en une information homogène et limpide ne serait en effet qu’illusion. D’un continent et d’un journal à l’autre, les énonciateurs représentent des événements de manière différente et ce sont ces différences, ces transformations qui ont un impact sur la manière dont nous, lecteur et spectateur, percevons également le monde. Au vu de nos résultats et de l’étendue de notre objet de recherche, nous ne pouvons nous empêcher de penser que d’autres pistes de recherche restent ouvertes. Nous voudrions dès lors réaliser un projet postdoctoral qui prendrait en compte d’autres types de données. Ainsi, des textes sources, publiés par des agences de presse (AFP, Belga, Reuters, etc.) ou des institutions et organisations diverses (communiqués de presse, ONG, etc.), mériteraient une attention particulière. Ces textes pourraient être recherchés et comparés avec le corpus dont disposons déjà. Cette recherche aboutirait à un nouveau corpus, dans lequel d’autres liens intertextuels seraient établis, ce qui nous permettrait de comprendre de manière encore plus précise les mécanismes de circulation de l’information et ceux relatifs aux transformations de sens dans les médias. Par ailleurs, nous pensons également qu’une étude de terrain compléterait les résultats que nous évoquons : si, pour le linguiste, certains mécanismes langagiers sont repérables et analysables, ils ne sont peut-être pas interprétés de la même manière par d’autres personnes. Nous voudrions dès lors confronter notre point de vue et nos analyses à ceux des producteurs d’une part, avec des questions du type « Comment écrivez-vous votre article ? Sur quoi vous basez-vous ? Quelles modifications y apportez-vous et pour quelles raisons ? », à celui des récepteurs d’autre part, avec des questions du type « Pensez-vous que ces textes soient différents ? Si oui, quelles sont ces différences et comment les interprétez-vous ? ». De telles études donneraient une vision plus pointue des phénomènes de transformations de sens dans les médias : elles permettraient en effet de confronter plusieurs points de vue sur un même phénomène et de juger l’efficacité, mais aussi l’impact réel, social, des démarches entamées.
To conclude, my education in French and romance linguistics and literature has taught me a large amount of specificaties proper to French language. My experience in teaching French at Exeter University has let me understand how to use that knowledge in a practical context.
I hope that my profile is of interest to you. If you wish to obtain further information on my skills and grades, please feel free to contact me.Looking forward to hearing from you.
Best regards,

Mademoiselle Na... D...


vignette pdfCliquez ici pour récupérer ce CV au format PDF
(Anonyme)

Commandez ce CV en ligne.

Commandez ce CV en ligne.
(1 cv seul)